Un "objet frontière" (ou d'interface) est un objet marquant une frontière tout en facilitant le dialogue entre des spécialistes dans la réalisation d'un projet commun pluridisciplinaire. Cet objet est doté de « flexibilité interprétative » ce qui veut dire qu’il n’est pas le même en fonction de l’utilisation et de l’interprétation qu’on peut en faire. Ainsi le cannabis peut être considéré différemment en fonction des points de vue des divers groupes groupes sociaux : dangereux pour certains, utile pour d’autres. Sa perception en tant que objet-médicament ou drogue est accompagnée d’une construction qui est le fruit d’arrangements d’un travail collectif. Cette construction va de pair avec une standardisation de l’objet. Par exemple, la décision politique aujourd’hui standardise le cannabis en le classant illégal et en le construisant comme une drogue. Ce processus peut être abordé comme une mise en forme de l’objet qui rend possible la coproduction de connaissances et permet de produire une objectivité scientifique faite de découvertes généralisables.

 

Le texte de Susan Leigh Star et de James R. Griesemer est disponible ici :  StarGriesemer_Boundary_Objects.pdf



Login